Des exploits, des chefs-d’œuvre

À l’initiative du Frac Sud - Cité de l’art contemporain, présentée au Mucem, au [mac] et au Frac Sud

L’Heure de gloire, Frac Sud - Cité de l’art contemporain (jusqu’au 22 décembre 2024) ; Trophées et reliques, Mucem - Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée ; Tableaux d’une exposition, [mac] - Musée d’art contemporain de Marseille.

L’art, aujourd’hui, ne peut que prendre en compte le sport, véritable fond d’écran de nos sociétés contemporaines. À l’initiative du Frac Sud - Cité de l’art contemporain et sur invitation de sa directrice Muriel Enjalran, le commissaire et critique d’art Jean-Marc Huitorel a conçu une exposition dans trois institutions culturelles phares de la Région Sud et de la Ville de Marseille. Des exploits, des chefs-d’oeuvre se propose d’interroger la relation de l’art au sport à travers plus 350 œuvres et près de 100 artistes français et étrangers, où cohabitent fascination, critique et humour.

Conception graphique Solie Morin

Il y a mille manières d’aborder le sujet de la relation entre l’art et le sport, étant entendu que, et bien que tous deux soient susceptibles de produire de la beauté, le sport n’est pas de l’art et l’art n’est pas du sport. Pour Des exploits, des chefs-d’œuvre, titre générique du projet, trois entrées sont proposées aussi souples et poreuses que possible, qui correspondent aux trois lieux d’exposition.

Commissaire général Jean-Marc Huitorel, commissaire générale associée Muriel Enjalran.

Frac Sud - Cité de l’art contemporain

Sous le titre L’Heure de gloire, en clin d’œil au quart d’heure de célébrité warholien autant qu’à l’héroïsme trop ignoré des artistes, se découvrira un espace à l’ambiance bigarrée au sein duquel vont s’entrechoquer culte de la performance et art de perdre, objets improbables, revendications de celles-là et de ceux-là qui luttent pour obtenir place et justice, le tout baignant dans les sortilèges de la littérature, du rire et des larmes, de la rigueur formelle et des fantaisies de sa contestation.
Au fil de ce parcours aussi tonique qu’iconoclaste, se côtoient sculptures monumentales, installations, photographies, films. Nombre de ces pièces sont présentées pour la première fois en France.
À l’occasion de l’exposition Des exploits, des chefs-d’œuvre, le Frac Sud invite au travers d’une nouvelle carte blanche dédiée à la jeune création, 12 étudiant·es de l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence à investir le plateau expérimentations et à présenter leurs créations autour de la thématique du sport, accompagné·es par le commissaire de l’exposition Jean-Marc Huitorel.

Commissariat de l’exposition Jean-Marc Huitorel et Muriel Enjalran.

Mucem - Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée

Avec Trophées et reliques, on verra que le sport, comme l’art, s’inscrivent dans un certain nombre de croyances, la plupart fort anciennes, où se côtoient formes savantes et vernaculaires (savantes à leur heure) et que leur expérience est inséparable d’un ensemble d’artefacts dont l’efficacité repose assez largement sur la foi qu’on leur accorde. L’art se trouve alors au carrefour de l’adoration des reliques et du fétichisme attaché aux objets contemporains, qu’ils appartiennent à des stars ou à des obscurs qu’on veut ainsi distinguer. L’art comme le sport ici produisent de la mythologie.
Ainsi les œuvres des artistes invités dialogueront elles avec des objets issus des collections du Mucem, certains iconiques comme les gants de Marcel Cerdan prêtés par le Musée National du Sport. De même les ballons d’artistes se mélangent aux ballons lambda mais aussi aux ballons mythiques comme celui de la demi-finale du Mondial 98.

Commissariat de l’exposition Jean-Marc Huitorel et Jean-Fabien Philippy.
https://www.mucem.org/

[mac], Musée d’art contemporain de Marseille

Pour reprendre le titre d’une composition de Moussorgski, Tableaux d’une exposition, réunira un ensemble d’œuvres telles que les musées des beaux-arts les proposent, des peintures certes, mais des dessins également, des photographies tout autant. Sous une apparence de sages agencements, un panel d’objets le plus souvent minés, destinés non pas, nous insistons, à illustrer quelque thématique de circonstance, mais plutôt, par le biais du sport, à interroger certains régimes de représentation, à cerner cela même que le sport est susceptible de dire de l’art.
Le visiteur est ainsi invité à se plonger sur un mode contemplatif dans une histoire de la modernité (post modernité) en peinture au prisme du sport. Le parcours propose de petites monographies d’artistes consacrées à des maîtres du genre.

Commissariat de l’exposition Jean-Marc Huitorel et Stéphanie Airaud.
https://musees.marseille.fr/musee-dart-contemporain-mac

Télécharger le dossier de presse