Les sentiers de la pluie, une cartographie pour des habitants souterrains

Artiste invitée : Micòl Grazioli

En partenariat avec le Parc naturel régional des Préalpes d’Azur, les écoles de Bar-sur-Loup, Gréolières, Pont-du-Loup et l’établissement hospitalier les Cadrans solaires à Vence

Le Parc naturel régional des Préalpes d’Azur et le Frac Sud prolongent pour cette troisième année de collaboration, leur réflexion sur les liens entre création contemporaine et démarche écocitoyenne. Cette année l’artiste Micòl Grazioli est invitée à explorer l’axe thématique du paysage du karst à travers un vaste projet d’ateliers collaboratifs avec les classes participantes.

Les sentiers de la pluie, Micol Grazioli, 2024

Les relations entre l’homme et la nature constituent l’essence de la pratique de Micòl Grazioli, qui axe sa démarche sur la recherche de systèmes esthétiques de sensibilisation à l’écologie. L’art relationnel et la création participative occupent une place privilégiée dans le travail de l’artiste, qui prend souvent la forme d’installations ou de sculptures étroitement liées à la matérialité des lieux qu’elles habitent.

Le partenariat repose sur le principe de croisement des regards, en proposant à l’artiste invitée par le Frac d’aborder l’un des axes thématiques du programme de sensibilisation à l’environnement et au territoire du Parc, afin de penser un projet en cohérence avec les interventions scientifiques proposées en parallèle.

Cette année, c’est le karst qui est mis à l’honneur auprès des six classes participantes. Ce phénomène géologique présent en surface et en souterrain se traduit entre autres par la formation de grottes où le cheminement de l’eau contribue à l’érosion de la roche. L’artiste s’est saisie de cette notion et propose aux élèves une série d’explorations plastiques successives.

La première étape dédiée à la réalisation d’une cartographie collective est l’occasion d’interroger les différents reliefs du paysage et les itinéraires possibles ou rêvés de l’eau, à la surface et en profondeur. Dans un second temps les enfants expérimentent de manière sensible le mouvement de l’eau, avec divers procédés tels que le modelage de l’argile et le moulage du plâtre. Les plus grands imaginent un jeu inspiré de la bataille navale qui reflète la difficulté de l’eau à trouver son chemin parmi les pierres. La troisième phase du projet s’intéresse plus particulièrement aux habitants des grottes, à leurs sensations et à leurs formes. À l’aide d’un rétroprojecteur, les enfants sont invités à déambuler dans un espace lumineux peuplé d’une série d’animaux réalisés en origami, pour jouer avec les ombres et s’approprier l’obscurité des cavités.

En parallèle des ateliers déployés dans les écoles, une journée de restitution interclasses permettra de rassembler les productions au sein d’un espace commun afin de découvrir la diversité des propositions. A cette occasion, les familles seront, à leur tour, invitées à venir découvrir la démarche proposée par l’artiste.

Informations pratiques

Le grand pré (06620) Gourdon